Accueil  >  Allergies respiratoires  >  Comment la nutrition prévient...
01-02-2003

Comment la nutrition prévient et traite les problèmes de santé les plus courants - 2ème partie

Les allergies respiratoires

Rhinite allergique, rhume des foins, asthme allergique sont des allergies respiratoires.
Une réaction allergique est causée par une libération rapide d'histamine par les mastocytes (des cellules immunitaires). Des études montraient déjà dans les années 50 que les flavonoïdes, des composants que l'on trouve dans de nombreuses plantes, sont capables de prévenir la libération d'histamine.
Une des premières études qui a examiné les actions anti-allergiques et anti-asthmatiques des flavonoïdes a comparé les effets de la rutine associée à un médicament anti-histaminique. 75% des sujets ont rapporté un plus grand soulagement des symptômes (éternuements, démangeaisons des yeux) avec l'association rutine/médicament anti-histaminique qu'avec le médicament seul.

Des études in vitro ont été réalisées pour déterminer le mode d'action précis par lequel les flavonoïdes atténuent les symptômes de l'allergie et de l'asthme. Dans l'une d'entre elles, des mastocytes ont été traités avec onze flavonoïdes différents dont la quercétine et les catéchines. La libération d'histamine a été induite chimiquement. Tous les flavonoïdes testés ont montré un effet protecteur contre la libération d'histamine. Ils agissaient en prévenant l'absorption du calcium par les cellules. Des résultats identiques ont été obtenus sur des basophiles traitées avec de la quercétine qui est chimiquement similaire à la cromalyne, un médicament dérivé
synthétiquement des flavonoïdes. Même à faible dose, la quercétine s'opposait à la libération d'histamine.
Dans une étude japonaise sur des mastocytes provenant du mucus nasal de sujets atteints d'une rhinite péri-annuelle, la quercétine inhibe significativement la libération de l'histamine.

La quercétine est un flavonoïde issu de la rutine que l'on trouve en abondance dans un grand nombre de plantes, de fruits et de légumes. Elle semble agir comme un anti-histaminique et a également des propriétés anti-inflammatoires. On a montré que la vitamine C a différents effets sur l'histamine. Il semble qu'elle prévienne sa sécrétion par les globules rouges et renforce sa détoxification. Les niveaux d'histamine augmentent de façon exponentielle lorsque les niveaux d'acide ascorbique plasmatiques diminuent.
Quarante-huit sujets ont reçu, enpulvérisations nasales trois fois par jour, de la vitamine C ou un placebo. Après deux semaines de traitement, 74% des sujets recevant de la vitamine C avaient moins de sécrétions et d'obstruction nasales ainsi que moins d'œdèmes alors qu'une amélioration était observée seulement chez 24% des patients sous placebo.
La vitamine E inhibe de manière dose-dépendante l'activation des récepteurs des neutrophiles qui, chez un asthmatique, provoque la synthèse de leucotriènes, responsables de réactions allergiques et inflammatoires. Des études montrent que de fortes doses de vitamine E diminuent les réactions allergiques. D'autres indiquent que de faibles niveaux d'antioxydants comme la vitamine E multiplient par trois le risque d'allergie.
Les poils urticants des feuilles d'ortie contiennent de l'histamine, de la sérotonine, de l'acétylcholine ainsi que des glucoquinones et de la chlorophylle. Une étude randomisée en double aveugle a testé l'effet d'un extrait de feuilles d'ortie sur 69 patients souffrant de rhinite allergique. Dans l'ensemble, les sujets ont trouvé le traitement plus efficace qu'un placebo. 58% d'entre eux ont estimé qu'il soulageait efficacement leurs symptômes, notamment les éternuements et les démangeaisons des yeux, et 48% qu'il était aussi efficace voire, même, plus efficace que leur précédant traitement.

Les bouffées de chaleur de la ménopause

Les changements hormonaux qui se produisent au moment de la ménopause peuvent s'accompagner de toute une variété de symptômes allant des bouffées de chaleur et de la sécheresse vaginale à la dépression, l'anxiété ou les insomnies. La plupart de ces symptômes sont le résultat de la diminution de la production d'œstrogènes qui se produit à cette période. Mais d'autres facteurs hormonaux peuvent également entrer en ligne de compte.
Le soja et le trèfle rouge contiennent des isoflavones comme la génistéine et la daidzeine. Un certain nombre d'études suggèrent que des suppléments nutritionnels contenant ces isoflavonespeuvent diminuer les bouffées de chaleur et d'autres symptômes de la ménopause.

Ainsi, une étude en double aveugle, contrôlée contre placebo et impliquant 104 femmes montre que le soja apporte un net soulagement comparé au placebo dans le cas de bouffées de chaleur. Une supplémentation quotidienne avec 60 grammes de protéines de soja a provoqué une diminution de 33% du nombre de bouffées de chaleur après quatre semaines et de 45% au bout de 12 semaines. De façon similaire, une étude de 12 semaines portant sur 114 femmes indique une diminution des bouffées de chaleur et de la sécheresse vaginale. Des améliorations ont été constatées dans plusieurs études concernant les bouffées de chaleur et d'autres symptômes de la ménopause comme la sécheresse vaginale avec du soja ou des isoflavones de soja.

Les isoflavones de trèfle rouge sont également bénéfiques. Une étude de douze semaines en double aveugle et contrôlée contre placebo a enrôlé 30 femmes ménopausées, âgées de 49 à 65 ans et ayant au moins cinq bouffées de chaleur par jour. La prise de 80 mg quotidiens d'isoflavones de trèfle rouge a diminué de 60% les bouffées de chaleur parrapport à celle d'un placebo.
Le black Cohosh ou Cimicifuga racemosa est fréquemment utilisé en Europe pour traiter les symptômes de la ménopause. Une étude a suivi 80 femmes pendant 12 semaines et a comparé les effets du black Cohosh, d'un oestrogène et d'un placebo . Les résultats ont indiqué que le black Cohosh produisait une amélioration nettement plus importante des symptômes de la ménopause que le placebo. Cependant, de façon surprenante, l'œstrogène n'apportait pas davantage de bénéfices que le placebo, faisant peser un doute sur la significativité des résultats obtenus. Une autre étude a enrôlé 97 femmes ménopausées se plaignant d'avoir plus de trois bouffées de chaleur par jour. Comme dans la première étude, les participantes ont été divisées en trois groupes. Les résultats ont montré que l'œstrogène comme le black Cohosh amélioraient beaucoup plus les symptômes de la ménopause que ne le faisait le placebo. Un article passant en revue 8 études cliniques a conclu que le black Cohosh était à la fois sans danger et efficace dans le traitement des symptômes liés à la ménopause.
Il y a un certain nombre d'années, des chercheurs ont étudié les effets d'une supplémentation en vitamine E sur les bouffées de chaleur. La plupart des études, mais non la totalité d'entre elles, ont montré que la vitamine E pouvait être bénéfique.

L'insuffisance veineuse

L'insuffisance veineuse superficielle chronique peut être complètement indolore ou se manifester par des lourdeurs des jambes, une fatigabilité, une chaleur diffuse ou localisée. Ces troubles intéressent habituellement une partie de la jambe ou les chevilles.
De nombreuses études expérimentales et cliniques ont été consacrées à l'action de la vitamine E sur les plaquettes sanguines, les parois des veines et des vaisseaux, ainsi que sur l'inflammation et l'action des radicaux libres.Après avoir passé en revue des recherches cliniques, épidémiologiques et expérimentales, deux médecins ont notamment souligné que la vitamine E inhibe la prolifération des cellules musculaires lisses qui, autrement, croîtraient et réduiraient la circulation sanguine dans les veines et les vaisseaux, et qu'elle diminue la tendance à former des caillots . Une étude a été conduite sur l'homme et sur cultures cellulaires. Les sujets ont pris quotidiennement 600 mg de vitamine E. La supplémentation a diminué la production de peroxyde d'hydrogène ainsi que l'agrégation plaquettaire. Les études cellulaires ont montré une inhibition de l'agrégation plaquettaire et une diminution de la thromboxane, un composant qui stimule la formation de caillots.
L'extrait de marron d'Inde réduit le nombre et le diamètre des pores des membranes capillaires, diminuant ainsi la fuite de fluide dans les tissus environnants et le gonflement des petits vaisseaux des jambes. 240 patients ayant une insuffisance veineuse responsable de sévères oedèmes des jambes ont suivi pendant douze semaines un traitement avec un extrait de marron d'Inde ou un placebo. La quantité de fluide dans les jambes des sujets prenant de l'extrait de marron d'Inde a diminué de 43,3 ml tandis qu'elle a augmenté de 9,8 ml dans le groupe sous placebo. Un certain nombre d'études ont montré l'efficacité de Centella asiatica dans le traitement des veines variqueuses et/ou de l'insuffisance veineuse. Elle renforce l'intégrité conjonctive des tissus et améliore la perméabilité capillaire. 52 patients souffrant d'insuffisance veineuse ont reçu 180 ou 90 mg de Centella ou un placebo pendant quatre semaines. Le traitement a amélioré le fonctionnement veineux alors que le placebo n'a eu aucun effet. La diosmine et l'hespéridine, deux flavonoïdes, renforcent le tonus et l'élasticité des veines. Ils diminuent le risque de varices et d'hémorroïdes. Une étude en double aveugle portant sur 120 patients a montré l'efficacité d'un traitement de deux mois avec une dose quotidienne de 1 000 mg de diosmine et d'hespéridine. Le groupe traité a subi moins de crises d'hémorroïdes que celui sous placebo et elles duraient moins longtemps.
Les proanthocyanidines, un groupe de flavonoïdes, sont notamment extraits de l'écorce de pin des landes (pycnogénol®), de pépins de raisin ou de myrtille. Ils ont la capacité de diminuer la perméabilité vasculaire, de renforcer la résistance capillaire, la fonction vasculaire et la circulation périphérique.
71 patients souffrant d'insuffisance veineuse ont reçu 300 mg quotidiens d'anthocyanidines extraits de pépins de raisin ou un placebo.
Chez 75% des patients supplémentés contre 41% de ceux sous placebo, une nette réduction des symptômes fonctionnels a été observée.
40 patients, souffrant d'insuffisance veineuse chronique et ayant des varices, ont reçu de façon aléatoire pendant deux mois 100 mg de pycnogenol® trois fois par jour ou un placebo.
Le traitement a induit une réduction significative de l'œdème sous-cutané ainsi que de la lourdeur et des douleurs des jambes après 30 et 60 jours. Près de 60% des patients prenant du pycnogenol® ont constaté la disparition totale de l'œdème et de la douleur à la fin du traitement. Tous les patients ont rapporté une diminution de la lourdeur des jambes qui a disparu dans 33% des cas.


1 Schoenkerman B et al. Treatment of allergic disease with a combination of antihistamine and flavonoid. Annals of allergy 10: 138-41, 1952.
2 Podoshin L et al., Treatment of per annual allergic rhinitis with ascorbic solution. Ear Nose Throat J, 1991; 70:54-55.
3 Mittman P. Randomised double blind study of freeze dried urtica dioica in treatment of allergic rhinitis. Planta Med 1990;56:44-47
4 Albertazzi P. et al. The effect of dietary soy supplementation on hot flushes. Obstet Gynecol. 1998; 91: 6-11.
5 Brzezinski A et al. Short term effects of phytoestrogen-rich diet on postmenopausal women. Menopause. 1997;4:89-94.
6 Scambia G et al., Clinical effects of a standardized soy extract in postmenopausal women: a pilot study. Menopause 2000; 7: 105-111.
7 Van de Weijer P. et al. Isoflavones from red clover significantly reduce menopausal hot flush symptoms compared with placebo. Maturitas 2002; 42:187.
8 Stoll W. et al., A phytotherapeutic agent affects atrophic vaginal epithelium. Double-blind study: Cimicifuga vs. an estrogen preparation. Therapeutikon. 1987; 1: 23-31.
9 Wuttke W. Abstract P3-333, P3-317. 84th annual meeting of the Endocrine Society, June 21, 2002.
10 Lieberman S. A review of the effectiveness of Cimifuga racemosa for the symptoms of menopause. J Women Health 1998; 7:525-9.
11 Gozan HA, The use of vitamin E in treatment of the menopause. NY State J Med 1952; 52:1289.
12 Emert DH et al. The role of vitamin E in the prevention of heart disease. Archives of Family Medicine, 1999; 8 537-542.
13 Pignatelli P et al. Vitamin E inhibit collagen-induced platelet activation by blunting hydrogen peroxide, Arteriosclerosis, Thrombosis and vascular biology, 1999; 2545-2547.
14 Diehm C et al., Comparison of leg, compression stocking and oral horse chestnut seed extract therapy in patients with chronic venous insufficiency, Lancet, 1996; 3; 347 (8997): 2255-2261.
Télécharger le pdf contenant cet article Format PDF
Commander les nutriments évoqués dans cet article
Super Quercetin

Le complément de quercétine anhydre breveté le plus avancé du marché

us.supersmart.com
Aller Fight

L'union des meilleurs composés naturels pour faire face aux allergènes

us.supersmart.com
A découvrir aussi
02-05-2017
3 plantes médicinales pour lutter contre les...
En cette Journée Mondiale de l’Asthme, l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) rappelle que cette maladie chronique touche 235 millions d’habitants dans le monde 1...
Lire plus
01-12-2004
La quercétine, des propriétés antihistaminiques, antioxydantes et...
La quercétine est un flavonoïde qui a fait l'objet de douzaines de rapports scientifiques au cours de ces trente dernières années. Elle semble avoir de...
Lire plus
Format PDF
29-03-2012
La quercétine, un antihistaminique puissant contre le...
Eternuements, yeux qui pleurent, gorge qui gratte et nez qui coule en ce début de printemps… Tels sont les symptômes classiques des rhinites allergiques saisonnières...
Lire plus
Suivez-nous
Sélectionnez la langue de votre choix
frenes

Gratuit

Merci de votre visite, avant de partir

inscrivez-vous au
Club SuperSmart
Et bénéficiez
d'avantages exclusifs:
  • Gratuit : la publication hebdomadaire scientifique "Nutranews"
  • Des promotions exclusives aux membres du club
> Continuer